La femme sauvage



La femme sauvage est un archétype. Pourtant, il est difficile à décrire.

Elle est pluriel. Vaste. Infinie.

Insaisissable.

La femme sauvage est passion. Sa principale occupation est l’invention, la création, celle que l’on ressent avec ses tripes. Ainsi, elle est l'artiste.

Elle la sorcière.

Elle est la déesse.

Elle est la mère qui donne naissance.

Elle est celle qui cherche la vérité.

Elle est l'amante.

« Elle est source du féminin, de l’instinct, des mondes visible et invisible - elle est le fondement.
« … elle est la force de Vie/Mort/Vie. Elle est l’incubatrice. Elle est l’intuition, celle qui voit loin, celle qui entend tout, elle est le coeur loyal. Elle encourage les humains à continuer à parler les multiples langages des rêves, de la passion, de la poésie. Elle chuchote dans les rêves nocturnes, elle laisse derrière elle ses empreintes sur le terrain de l’âme des femmes, qui, alors, éprouvent l’infini désir de la retrouver, de la libérer, de l’aimer.
« Elle est les idées, les émotions, les pulsions, la mémoire. Perdue et presque oubliée depuis longtemps, bien longtemps, elle est la source, la lumière, la nuit, l’obscurité, l’aube. Elle est la bonne odeur de la boue, la patte du renard.Les oiseaux qui nous disent des secrets lui appartiennent. Elle est la voix qui dit « Par ici, par ici ».
« Elle est celle qui fulmine après l’injustice , qui tourne comme une immense roue, crée les cycles. C’est pour aller à sa recherche que nous quittons la maison. C’est pour la retrouver que nous rentrons chez nous. Elle est la boueuse racine de toutes les femmes. Elle est celle qui nous aide à continuer quand nous baissons les bras, ce qui incube, fait éclore les idées à naître. Elle est l’esprit qui nous pense.Nous somme les pensées qu’elle émet.
Femmes qui courent avec les loups, Clara Pinkola Estés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire