Le processus intuitif

Peindre permet de se sentir plus grand que l'univers. Il continue à s'étendre, devenir plus profond, et si nous le suivons, nous nous étendons à notre tour et nous nous approfondissons en tant qu'individu.
La peinture nous mène en des place inconnues où notre seule option est de travailler. Travailler, travailler. On travaille avec notre tête et nos muscles et notre mémoire ; mais il est nécessaire de rester au sommet de ce que nous ne connaissons pas, oubliant le reste de notre vie. Et quand on travaille, nous ne sommes pas réellement devant la toile dans notre atelier. Nous nageons aveuglément dans les eaux profondes et il peut être périlleux de revenir à la surface, car il est possible de perdre son rythme et de retourner aux choses connues.

Leigh Hyams


Leigh Hyams.
Il existe de nombreux processus conduisant à l'aboutissement d'une œuvre, qu'elle soit picturale ou d'un autre registre. Il y a l'exécution d'une idée précise pour obtenir un résultat précis. Il y a aussi le saut vers l'inconnu, sans aucune idée de finalité.

Enfantin?

Au contraire! Qui prendrait le risque de gâcher de la matière première? Ou de perdre son temps? Les gribouillis n'ont plus leur place. Jouer, n'est pas dans l'air du temps...
Pourtant la peinture, ainsi que toute création, a la faculté extraordinaire de nous faire sentir vivant, de nous ancrer ici et maintenant à notre monde, à notre corps. Il permettrait même de dépasser certains traumatismes (notamment ceux de l'enfance ce qui conduit à un intérêt d'autant plus croissant pour les arts thérapies.)

Le processus intuitif possède des caractéristiques similaires. Se lancer dans le grand inconnu, en relâchant intentionnellement les expectatives finales.

Il en diffère cependant dans son absence de jugement, d'interprétation.
Et toute la difficulté est là. Se lancer sans savoir, se lancer en faisant taire notre juge intérieur. Juste se lancer... abandonner les idées préconçues de ce qui fait une "bonne" peinture.

White wolf de Pixie Campbell
C'est alors que le miracle se produit. Le processus est addictif. Relâcher les aspects les plus éprouvants mentalement permet de se focaliser sur nos sens, sur notre capacité joueuse d'exploration. Peindre, c'est oublier le temps qui passe. Oublier qu'il y a un monde, au-delà de cette pièce qui me sert d'atelier de fortune. Une forme de méditation intense. Et finalement, ce flux* se referme sur un nouveau moi : exténuée, vivifiée.

Peindre de cette façon est devenu une nécessité. Affirmer qu'il est comme l'air que je respire serait faux. Sans peinture je survis... certes de très mauvaise humeur, mais je survis. La peinture (la création en général) peut donc changer la vie. En tout cas, elle a changé la mienne, au-delà de la sensualité de ce rapport avec les couleurs et les textures, peindre est aussi une ouverture  sur mon inonscient, sur mon âme. C'est nager dans les profondeurs de tout mon être, et ramener des morceaux de moi inconnus jusqu'à lors. Me comprendre, toucher ma nature profonde, ce divin en chacun. Et le rapporter dans l'existence consciente sous forme d'une peinture.

Ce blog est né d'une envie de partage, de diffuser cette nécessité humaine de réalisation. Ce petit plus dans nos vies qui fait taire nos soupirs tels que "Pourquoi sommes-nous sur Terre?" ou "A quoi bon?" Ce blog est une invitation à la recherche de votre flux à vous, votre zone. Le processus intuitif est une méthode que je vous propose vers cette découverte, que le résultat soit une peinture, une sculpture, un roman, un film, une partition, ou que sais-je encore! Se déconnecter de notre juge intérieur, se lancer, jouer et au final créer. Après tout, n'existent-ils pas des dizaines de légendes affirmant que nous soyons faits, nous humains, à l'image du grand CREATEUR?



* Le flow, littéralement le flux en anglais, est l'état mental atteint par une personne lorsqu'elle est complètement immergée dans ce qu'elle fait, dans un état maximal de concentration. Cette personne éprouve alors un sentiment d'engagement total et de réussite. Ce concept, élaboré par le psychologue Mihaly Csikszentmihalyi, se traduit également en français par les termes de « flux », d’« expérience-flux », d’« expérience optimale » ou de « néguentropie psychique ». Source : Wikipédia.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire