mardi 1 décembre 2015

Ouverture de la boutique

Hourra!

La boutique Sheartwild est enfin ouverte...

Pour le moment, la boutique ne contient pas encore beaucoup de choses. Bien évidemment, elle sera remplie, au fur et à mesure avec mes travaux des 2 dernières années. J'ajouterai aussi de petites idées de ci et de là (des cartes postales ou de voeux, ce serait sympa non?)


Boutique SheArtWild sur Etsy

Je n'ai pas encore fait figurer les impressions de mes toiles.

Si vous êtes intéressé par une impression en particulier, n'hésitez surtout pas à me contacter!! Je les ferait à la demande! (Pour vous donner une idée sur papier d'art 20 X 30 cm, 17e ; 30 X 40 cm, 25e mais aussi des reproduction sur toile!!!!)

❄ ❅ ❆ ❄ ❅ ❆ ❄ ❅ ❆ ❄ ❅ ❆ ❄ ❅ ❆ ❄ ❅ ❆ ❄ ❅ ❆ ❄ ❅ ❆ ❄ ❅ ❆ ❄ ❅ ❆ ❄ ❅ ❆ ❄ ❅ ❆ ❄ ❅ ❆ ❄ ❅ ❆ ❄ ❅ ❆


Champagne!

Pour célébrer le début de cette nouvelle aventure, les frais de port sont offerts à destination de la France métropolitaine, jusqu'à la fin de l'année (31 décembre inclus.) Utilisez le code promo : OPEN18 sur la page de votre caddie.

Profitez-en pour vos achats de Noël!!!!


samedi 28 novembre 2015

Vidéo tuto : des flocons de neige en papier

Il fait froid et les premières neiges sont apparues sur les sommets! J'ai donc craqué pour les flocons de neige en papier qui embellissent par dizaines les fenêtres...

Alors, zou, un petit tuto pour partager ce découpage ultra simple, à faire avec les enfants pour décorer la maison.

J'ai un peu craquer à la fin avec mon dernier flocon Star Wars (merci Eva!) et puis, c'est aussi de saison, alors soyons fous :)


mercredi 25 novembre 2015

L'aquarelle pour les plus petits : la technique wet on wet



Les enfants adorent peindre, c'est bien connu! Il existe une technique à la fois belle et amusante : l'aquarelle sur papier mouillé pratiquée dans les écoles Waldorf Steiner.

Création d'un enfant de 4 ans.

Ca y est? Je vous ai donné envie? Alors voilà le tuto pour débuter et réussir cette technique. Enjoy!

Voici la liste de matériel dont vous allez avoir besoin.

Bac avec de l'eau (ou baignoire, lavabo)
Feuille spéciale aquarelle (je ne pense pas que les autre feuille puissent supporter d'être trempées à ce point sans déchirer...)
Pinceau spécial aquarelle (ou pinceau très très doux, qui ne fait pas de marques.)
Peinture de chez Stockmar (impossible d'y échapper!)
- Godets ou conserves en verre refermables (vous allez préparer de la peinture pour plusieurs séances par avance.)
Planches en bois ou en plastique qui ne gondolent pas (il ne s'agit pas seulement de protéger votre table : il faut quel les planches puissent se déplacer (le temps de séchage est long) sans se déformer (pour éviter que la peinture ne coule.) Comme les enfants aiment faire plusieurs dessins, ne pas hésiter à en prendre en surplus...)
- 1 éponge
- 1 godet d'eau par enfant pour laver les pinceaux
- 1 torchon par enfant pour les derniers résidus sur les pinceaux
- 1 tablier.

Matériel disponible chez enfance mirandole ici, rubriques activités artistiques, aquarelle. Chez mômes et compagnie (pas de frais de livraison pour les alsaciens, le retrait se fait à côté de Strasbourg!) Il y a aussi, le géant des Beaux arts (qui font souvent des promos pour les fêtes) magasin à Strasbourg, route des romains.

Préparation

La préparation est beaucoup plus longue que les autres peinture (qui sortent du pot.) Soit vous pouvez préparer en avance, soit vous pouvez préparer 1 ou 2 couleurs seulement à chaque séance et augmenter peu à peu le nombre de couleurs disponibles, c'est une chouette introduction aux couleurs que de commencer à les voir séparément (ou 2 jaunes ensembles pour créer de jolies variations.)

- Prendre un peu de peinture stockmar (selon la quantité que vous voulez préparer en avance. Même si elle se garde très bien au frigo, elle risque d'être contaminée par une autre couleur plus tard par les enfants, ce qui gâcherait entièrement le pot!)
Un petit bout de cuillère suffit!
La diluer avec un peu d'eau (ajouter par tranches de qq cl pour être sûr de ne pas noyer la couleur!)

A peine 1 cm dans le pot et c'était déjà trop...

Faites des tests sur une feuille pour voir si la concentration est la bonne : comme partout, c'est équilibre que l'on vise, ni trop clair, ni trop foncé.

Différentes variations... à chacun de juger! 

Petite rappel sur les couleurs : vous allez utiliser beaucoup moins de bleu brut (sortant du pot) que de jaune pour la même quantité dans votre godet (le jaune colorie plus difficilement). En général, je ne trempe que le bout d'une cuillère à café par préparation (oui, les pots de peinture sont chers mais vous allez les garder longtemps!!!!)

- Placer les planches à chaque place avec une éponge, et un pinceau par enfant.

Pour le placement de la feuille, voir plus bas.

- Déposer avec douceur une feuille dans le bac d'eau (en la faisant glisser par un des côté. Si elle ne subit pas de stress, elle n'aura pas de marques.) Une seule feuille par trempage, sinon elles collent!

La feuille entre en douceur dans l'eau pour éviter les plis.

Immersion totale pour quelques minutes.

La séance de peinture

- Commencer par un chant, un poème ou simplement une histoire. Cela peut être une histoire sur la saison et ses couleurs, sur l'aventure du jaune qui pourrait partir de sa maison, le soleil, pour arriver jusque dans ce bocal (surtout si vous fabriquez la peinture avec les enfants, pour les faire patienter un peu.)

Plus tard, vous pourrez raconter une histoire lors de la séance : il peut s'agir de Monsieur et Madame Bleu (peindre en bleu) qui invitent chez eux Madame Rouge (peindre sur la même feuille du rouge), et lors du repas, surprise! Monsieur Violet arrive à son tour au repas, sans avoir été invité (mais quel plaisir de le voir!)

Personellement, je ne donne aucune directive précise. C'est un jeu de couleurs. Il faut se lâcher pour s'amuser, et cela est beaucoup plus facile si on n'a aucun résultat en tête... je vous encourage à peindre avec vos enfants et vous laissez envahir par les couleurs, de voir ce que le jaune provoque en vous, si vous vous ennuyer avec une seule couleur ou non... pour comprendre cette peinture, passez par cette étape de jeu, de mélanges sur la feuille, avant de vouloir réaliser des choses plus complexes. Il y a déjà tellement à faire : de l'abstraction pure ou des formes géométriques, des arc-en-ciel, des dégradés d'1 seule couleur ou de plusieurs...

- Les enfants vont devoir commencer par nettoyer leurs planches (lors des séances prochaines, là vos planches sont encore toutes propres.)

Egoutter au maximum
- Sortir la feuille de l'eau, la faire égoutter le plus possible. Déposer un côté sur la planche, et abaisser la feuille très doucement,pour éviter les bulles au maximum (elle réapparaissent au séchage!)

Déposer en douceur... 
Malgré votre attention, il y en aura toujours. C'est là que l'éponge rentre en jeu! Enlever les bulles sans trop revenir au même endroit où la feuille pèlera. Ce sera à l'enfant de le faire pour les prochaines séances.

Toujours en douceur, vous l'aurez compris, c'est le mot d'ordre pour cette technique...
Voilà ce que l'on devrait obtenir après le passage de l'éponge : la feuille est totalement plaquée sur la planche!

- Tremper le pinceau dans le godet. Peindre en douceur. Le geste viendra peu à peu mais les premières fois, la feuille risque de peler. Montrer à l'enfant que là, la feuille a eu mal! Il faut faire plus doucement car cela restera après le séchage!

- A chaque changement de couleurs, expliquer qu'il faut nettoyer le pinceau à l'eau puis enlever les restes de couleur avec le torchon. Les couleurs sont si jolies...

Finir

Il n'y pas plus qu'à sécher.

- Mettre les planches dans un coin pour sécher, bien à plat (pour la journée ou pour la nuit, car il faudra plusieurs heures pour sécher, il faut les placer en sécurité.)

- Fermer les godets, jeter les couleurs qui auraient été mélangés (si ce n'est pas plus de 2 couleurs, garder les pour le futur mélange constituant les couleurs secondaires...) et mettez-les au frigo avec les pots (si vous faites souvent des séances de peinture, vous pouvez les laissez dans le bac (car vous les renouvelerez plus souvent), avec les pinceaux, les serviettes, les feuilles : tout sera sous la main.)

- Laver les pinceaux et faites les sécher la tête en haut.

- Utilisez l'eau du bac pour votre prochaine vaisselle (tant qu'à faire)!

- Quand la feuille est sèche, elle se décolle toute seule de la planche. Il est normal que les couleurs soient un peu moins éclatantes/franches au séchage.

- Accrocher au mur (tous ces efforts en valaient le coup, non?)

lundi 23 novembre 2015

1er développement Holga

Curieux de voir ce qu'a donné la pellicule envoyée en début de challenge?

Parmi moults photos d'enfants, voici quelques clichés réalisés l'année dernière (oh oui, je l'avais laissée de côté depuis longtemps cette pellicule!) C'étaient mes premiers essais avec la "bête."

Et mon petit joujou a de quoi me ravir : j'aime beaucoup les couleurs et les ambiances qu'il permet de créer. Ce n'est pas net. Ce n'est pas lumineux. Par contre, je sens la vague de mystère des sous-bois :


Je sens l'impression d'aventure avec ce pont en bois au milieu des sapins :


Je ressens la saveur de l'été, l'odeur de ce tournesol :


Et ma petite préférée. Ce moment où j'ai capturé l'abeille... mais voilà, je n'avais pas les bon réglages (note à moi-même, sur un Holga aussi il fait régler la focale)! La photo obtenue possède tout de même des tonalités que j'aime. Cette prise de vue, plus grande que prévue, est un joli souvenir de notre ancien jardin.


Contente de mon adoption donc ;) depuis j'ai refait pas mal de pellicules... je pense en agrémenter les pages de ce blog très prochainement!

jeudi 19 novembre 2015

LOGO

J'ai plusieurs version et j'ai choisi de vous dévoiler celui qui sera utiliser pour mon site internet. Fond noir... dessins utilisant une de mes peintures...

Sans plus attendre, voici le logo de SheArtWild :)


Logo SheArtWild par Fanny Fannoche

Alors, alors? 

Je voulais quelque chose qui reflète l'archétype de la femme sauvage, la liberté, la créativité. 

Je suis ravie du résultat obtenu :)

Il me reste à l'intégrer un peu partout...


Bonus day

Voilà le texte bonus. Celui que j'ai écrit pour la fin du challenge et auquel j'ai renoncé (un appel de mon intuition, sans aucun autre raisonnement...)

Suivre ses propres conseils...

Parler c'est bien, encore faut-il appliquer ses propres moments de sagesse (j'en ai pas souvent, hein... ce qu'il y eu jusque là c'est la récolte de toute une vie lol).

Alors pendant tout ce temps, oui, j'ai poussé la porte de mon petit studio. Oui j'ai appliqué une couleur, ou un petit coup de pinceau alors même que ce jour là je ne sentais rien venir. Oui, j'ai cherché l'inspiration. Oui j'ai médité pour laisser de la place aux idées.

Et le miracle a bien eu lieu.

Je suis en train de terminer les finitions d'une toile et j'ai avancé sur quelques autres (la très grande me fait encore un peu peur, mais une fois que toutes les autres seront finies, je n'aurai plus le choix que de l'affronter!)

La tête en bas! C'est pour la bonne cause : finalisation des bords.

Mon site internet avance également en parallèle (réalisé en coopération avec mon web développeur perso ;) cela demande du temps le home made) avec un joli logo sur lequel j'ai pas mal fait de retouches! Les textes du site ont été créés aussi pendant tout ce temps... revu et corrigé pas mal de fois avant d'en être pleinement satisfaite. Un joli travail que j'espère vous dévoiler bientôt! Ça avance, ça avance! Hiphiphip? Hourra!

Tout ça pour vous dire que la fin de ces 30 jours n'est pas la fin du blog! Au contraire ;) J'espère que vous continuerez, toujours aussi nombreux (et j'avoue être toujours surprise de votre nombre), à me suivre. N'hésitez pas à commenter, partager vos toiles, vos évolutions. Vous serez toujours les bienvenus ici ;)



mardi 17 novembre 2015

Fin? - Jour#30


Hier, j'ai écrit un petite texte pour clôturer ce challenge. Puis, au moment de le publier... je ne sais pas... je n'ai pas voulu.

J'ai souhaité un autre texte pour finir ce challenge. Le texte d'hier, ce sera... un bonus!

Pour terminer, j'ai eu finalement envie de re-parler de notre pouvoir. J'ai déjà évoqué que le choix conscient de CHAQUE chose (que ce soit cette marque de yaourt, ou choisir d'aller travailler aujourd'hui encore parce que j'aime recevoir un salaire, choisir aujourd'hui encore de vivre avec cette personne précise car notre relation nous apporte beaucoup...) était une forme de pouvoir.

Mais il y en a d'autre... comme la prise de conscience de sa part d'ombre, de ses archétypes. Je pense creuser ces thèmes prochainement sur ce blog, il y a tellement à en dire.

Je reviens aux choix.

A mon choix.

J'ai dit récemment, que j'étais sur un point de bascule. En fait, je suis face à un choix... Pour devenir pro dans l'art, il apparait qu'il est nécessaire de nos jours, de vendre sa personne, sa personnalité. Après tout, on n'achète pas uniquement une image, mais aussi une part de l'artiste.

Ainsi, on nous conseille de nous vendre, que notre personne devienne un produit marketing.

On nous conseille de nous afficher CHAQUE jour sur les réseaux sociaux et d'y montrer un peu plus que notre studio ou nos toiles.

On nous conseille de montrer notre vie.

Notre vie est censée faire envie.

L'envie censé faire acheter.

!

C'est là que je ne suis plus du tout d'accord.

Je pense vraiment que nous pouvons nous passer des réseaux sociaux. Même pour créer professionnellement.

On nous conseille donc beaucoup de choses... c'est un piège dans lequel j'ai faillit tomber! C'est tout sauf avoir le pouvoir que de suivre ces conseils de réussite (qui ont fonctionné pour d'autres) car la question est plutôt : qu'est-ce qui fonctionne pour moi?

Les réseaux sociaux chaque jour, non. Pas pour moi.

Je n'en ai pas envie. Ca m'use au lieu de m'amuser ou d'amuser ma muse (tient elle est marrante cette phrase, surtout à voix haute!!!!)

Les belles images de ces artistes à la vie parfaite, à la maison décorée avec goût, habiller avec des fringues qui correspondent à 100% au thème développé dans leurs toiles, ce n'est juste pas VRAI. (Et si je devais m'habiller selon mes thèmes... euh... il y aurait atteinte à la pudeur!)

Ma maison à moi est en bordel.

Mes fringues sont tantôt celles d'une femme fatale tantôt celles d'une fermière!

Ma vie est vraie. Elle a le parfum de l'authentique, du feeling. Elle ne tient pas dans un cadre photo.

Seules mes toiles sont à la fois vraies et jolies.

Moi, je ne suis pas à vendre. Ma vie non plus.

C'est pourquoi je pense que je tarde à faire la bascule. Parce qu'il m'apparaissait nécessaire de me présenter chaque jour au jugement Facebook, Instagram ou autre Twitter et que je n'en éprouvais aucun plaisir.

Il faut dire, qu'un de mes archétypes est l'hermit. Inutile de lutter!

Il n'y a aucun embarras à avoir, à ne pas aimer prendre des selfies, ou au contraire les adorer! Inutile de changer pour coller à ce qu'on attend de nous.

C'est ça rester authentique.

C'est ça, oser s'aimer : amuser sa muse ;) et savoir dire non.

dimanche 15 novembre 2015

Le milieu est toujours le point le plus difficile - jour#29

Petite journée en famille hier, je n'ai pas pu aller sur internet de la journée. Par contre, j'avais en tête de partager avec vous ces quelques mots. Les voilà :

Je sais que je suis sur ce point de basculement entre l'amateurisme et le pro. L'équilibre entre les deux est palpable et j'avoue avoir hâte d'être de l'autre côté.

Parce que démarrer n'est pas le plus difficile.

Non.

C'est le milieu. Le point de bascule.

Prendre ces pinceaux et balayer la toile en une première couche n'est jamais le moment le plus dur. C'est bien la couche du milieu. Entre le début et les finitions. Celle où tout se décide, où tout se joue.

C'est celle où l'on baisse souvent les bras.

C'est celle que j'abandonne pendant des semaines à mon mur.

Continuer, s'accrocher tout en lâchant les expectatives. Voilà le vrai défi. Voilà où en j'en suis.




vendredi 13 novembre 2015

Reprendre le pouvoir - jour#28


Derniers jours du challenge... j'ai l'impression d'avoir bien plus parler psychologie que peinture!

Recherchant à devenir artiste à temps plein, j'ai peu à peu découvert que, seule, la créativité ne permet pas d'avancer. Il faut aussi se permettre d'avancer, de mettre en route le moteur.

Et ce n'est pas facile du tout. Notre confort est agréable. Il est aussi limitant. Ajouter à cela une petite voix résistante, et vous obtenez un merveilleux mélange provoquant un arrêt sur images :)

Quand on arrive à dépasser ces résistances (en se fixant de tous petits objectif, comme écrire 1 ligne, mettre une couleur de plus, voir un seul coup de pinceau de plus, ...) nous comprenons de mieux en mieux la personne que nous sommes. Une personne pleine de dégradés de couleurs.

Par exemple, j'ai remarqué récemment, dans mon quotidien, que j'agissais à 80% de mon temps, par réflexes. Rire comme les autres même si c'est pas drôle, suivre un groupe alors que j'ai envie de rester sur place. Me forcer à parler à quelqu'un. Me forcer à être jolie, alors que ce jour là je n'en avais pas envie.

Quand ces moments réflexes apparaissent, les repérer, c'est déjà une grande victoire!

Et puis, je me suis surprise à réussir à dire non. Et je dis non de plus en plus. Non aux réflexes. Je choisis. Je prend les commandes.

Les réflexes, au final, c'est quoi? Ce ne sont que ce que nous étions et ce que nous avons appris dans le passé. Des conditionnements que l'on a appliqué tellement souvent, que notre corps, notre cerveau agissent sans faire appel à notre conscience (un peu comme conduire).

Reprendre le pouvoir, c'est ça : faire les choix, réactiver notre conscience.

Ce n'est pas énorme, et tout comme vous en avez pu faire l'expérience, cette phrase apparait souvent à nos oreilles et nos regards (on la retrouve toujours dans les pensées des réseaux sociaux.) Il a fallut du temps pour que je comprenne sa signification et que sache comment faire.

Reprendre son pouvoir, c'est agir sans réflexe et en pleine de conscience.

C'est rester silencieuse quand je n'ai rien à dire même si on attend de moi que je parle. C'est au contraire éclater de rire alors que tout doit être sérieux. C'est parler toute la soirées avec des gens inconnus alors que je suis sensé être timide. C'est ralentir alors qu'on voudrait de moi que je sois aussi rapide et efficace qu'hier.

Pas à pas, je reprend mon pouvoir.

jeudi 12 novembre 2015

Rêves - jour#27

Depuis le debut de ce challenge, je me suis remise à faire des rêves intenses... et surtout à les noter.

Une donnée apparaît en particulier : la mise à nue. Souvent, je me retrouve dans une situation où je me dévoile à un public alors que je pensais être dans un lieu intime. Par exemple, je vais aux toilettes et je me rends compte qu'elles sont tout en bois et qu'elles laissent passer trop de visibilité puisque je vois entièrement la rue. D'ailleurs à cet instant passent dans cette rue, des gens que je connais. Je vais être vue, oups!
Ou alors, je suis dans un magasin et il n'y a pas de cabine d'essayage... je dois me dévêtir et tester des vêtements horribles devant le vendeur peu sympa et devant des amis...
Ou bien je suis à la plage et je me rend compte, une fois installée entre une dizaine d'inconnus, que je ne me suis pas épilée!

Je pense que ces rêves reflètent ce qui se passe pour moi ici. J'ai raconté mon histoire alors que je ne pensais vraiment pas le faire. J'ai tellement voulu jouer le jeu du défi, à savoir être vulnérable pendant 30 jours, que je me suis réellement mise à nue, comme les rêves l'interprètent si bien. Et si au début j'ai éprouvé de la gêne, peu à peu, j'ai cherché à assumer. Voilà, c'est la vérité intérieure. Je ne la modifierai pas. Je ne la cacherai pas si elle cherche à apparaître au détour d'une phrase.

Et ça fait du bien!

Peu à peu, je ne cherche plus à être un très bon personnage secondaire dans les films des autres mais une héroïne dans mon film à moi ;)



mercredi 11 novembre 2015

Quand le sauvage est partout - jour#26

Quand le sauvage apparaît dans notre vie, il apparaît partout...

Même en cuisine!

Samedi dernier, j'ai été suivre un stage d'une journée à Jardin Gourmand, de Lalaye (merci mon mari pour ce cadeau). J'ai appris à preparer des petits plats savoureux à base d'huiles essentielles et d'herbes sauvages.

Lierre terrestre, hélicryse, feuilles de capucine, roses, cressonnette, onagre. De quoi faire frémir mon âme, me donner beaucoup d'idées et nourrir la femme sauvage en chacune!

Crème de tofu et de feuilles de capucine...

Cake aux graines et huule essentielle de mandarine...

Purée de lentillons à l'huile essentielle d'hélicryse 


mardi 10 novembre 2015

Résiste... ou pas... jour#25

Parlons résistance aujourd'hui!

Non, pas celle là! (pardon pour ma blague de physicien....)

La résistance, c'est cet ennemi dans notre tête. Elle nous donne toujours tout un tas de raisons : nous ne sommes pas encore prêt, pas encore assez bon, nous n'avons pas LA bonne idée...

Si nous ne pouvons pas ignorer cette voix, nous ne commençons jamais rien.

La différence entre un artiste amateur et un artiste professionnelle, c'est que l'amateur pense qu'il va devoir, d'abord, éliminer les peurs qu'il a, avant de commencer. Le pro, lui, fait, avance, en sachant que ses peurs ne disparaitront jamais. Il commence avant de se sentir prêt. Il sait qu'il aura toujours le trac avant de rentrer sur scène (même après des dizaines d'années en représentation.)

Inutile de se préparer. Commencez!

Faites le travail, présentez-vous devant votre toile, votre feuille.



Le secret, c'est ensuite de ne pas penser à l'oeuvre finie.

Le secret, c'est de penser à de petits pas. Les uns après les autres : je prends cette couleur, je fais ce trait... ces petits pas conduisent à d'autres, puis à d'autres, ... et c'est finit. C'est ce premier pas qui nous rapproche de notre objectif. Ne pensons pas à l'objectif, mais à ce tout petit pas...

Besoin d'excuses pour ne pas faire? Voici de quoi alimenter la petite voix de la résistance sur le blog du jardin gourmand (rubrique changez de vie.) Les excuses de la trentaine fonctionnent bien pour moi :)


lundi 9 novembre 2015

Guérir 4 - jour#24

Une des artistes que je suivais sur youtube, se passionnait par ailleurs pour les rituels chamaniques et avait même suivi un cours proposant d'intégrer l'art dans la vision quest, la fameuse quête de vision propre aux anciennes civilisations.

Je ne sais pas pourquoi, mais l'idée ne me quittait plus. J'ai dû patienter 1 ans (le cours n'a lieu qu'une fois par an) pour pouvoir me lancer moi aussi dans cette quête fabuleuse.

Pour une fois dans ma vie, je m'étais aventuré sans appréhension et le résultat était hors de tout propos.

Les toiles étaient non seulement belles mais elles étaient de véritables maîtres qui pouvaient dégager une sagesse inouïe. Mon inconscient avait guidé mes gestes pour faire apparaître l'enseignement dont j'avais besoin au moment de la création. Il s'agissait pratiquement d'une carte de l'état de mon être à cette heure précise. J'apprenais à me connaître d'une façon juste.

In between, mixed media sur toile, 80 X 100, par Fanny Fannoche

Ce que je ne laissais pas apparaître derrière mon masque de tous les jours, apparaissait, grandiloquent, en images, devant moi. Impossible de fuir la vérité crue.

Il me fallait parfois m'accrocher pour pouvoir voir ce que je ne voulais pas entendre.

Tantôt, la toile me faisait réfléchir sur la question du temps, tantôt sur la femme dans le monde et sur ma féminité à moi. J'en étais où dans mon intégration à la femme? Les questions spirituelles les plus vastes et les plus intenses étaient évoquées comme la vie après la mort.

Peu à peu, je comprenais que j'étais le fruit d'accords que j'avais conclus dans mon enfance et dans mon adolescence, comme l'a si bien transposé en termes clairs, Don Miguel Ruiz. Il était temps d'en prendre des nouveaux, de laisser les anciens.

Ma vie s'est alors transformée radicalement. Mes rêves d'enfant se réalisaient : habiter dans la nature, avoir des chevaux, être une artiste professionnelle, reprendre le pouvoir de ma féminité. Je comprenais, profondément, les termes de bonheur, de réalisation personnelle...

Pourtant, je ne fais que commencer le processus de guérison.

Le chemin des possibles s'est ouvert et jamais plu je ne le laisserai se refermer.

dimanche 8 novembre 2015

Guérir 3 - Jour#23

Je n'ai absolument aucune idée d'où va aller cette série de post. J'éprouve simplement le besoin d'écrire mon histoire personnelle. On verra la finalité de la chose...

Je terminais hier sur ma rencontre avec la méditation. Oh bien sûr je connaissais. J'avais un peu essayer de me relaxer sur des musiques mystiques après avoir lu Mange, prie, aime. J'avais fait un tout petit peu de sophrologie.

Cette fois, je comprenais le pourquoi et je me lançais pour en faire une véritable habitude. Peu à peu, je comprenais mes pensées. Ce n'est pas que je les domptais. Mais mon muscle "laisser aller" se renforçait...
Source

Mes pensées laissaient de la place dans ma petite tête et les idées explosaient.

Parallèlement, j'avais recommencer à prendre goût à la beauté par la photographie. Je multipliais les clichés (des bambins forcément) et me perfectionnais dans les compréhensions des diverses règles de composition, de couleurs, de lumière. C'était passionnant. Je créais un sténopé. Je photographiais en surimpression. Je jouais en post-production pour obtenir des images vintage ou texturées comme c'était la mode. Finalement, cela ne me suffisait plus.

Les idées arrivaient par milliers et la photographie ne me permettaient pas de les exploiter. Ni même les techniques de peintures que j'avais apprises. A l'époque de mes cours de peinture, nous devions toujours apporter une image. Souvent, je décidais de ne pas faire comme les autres et de dessiner des formes. Mon 2nd professeur (adorable) me souriait mais me faisait bien comprendre que la prochaine fois, je devais amener quelque chose à reproduire. Je n'en ai jamais ramené. Juste des lignes brouillon et des couleurs annotées. Pourtant, mes peintures ne me plaisaient pas. Il leur manquait quelque chose. Impossible à l'époque de dire quoi.

Eau-Céant by Fanny Fannoche

Mais j'étais décidé à trouver. Ce flot d'idées ne pouvait pas rester sous forme de brouillon (dans mes journaux, dans mes papiers volants, dans mes croquis sur mon téléphone...) Direction le net et youtube. J'ai écumé des centaines de vidéos. Cela m'a pris du temps... et puis je suis tombée sur une vidéo de mixed media. Les artistes ne se contentaient pas d'appliquer de judicieux mélanges de couleurs. Ils créaient des textures!

Background texture by Fanny Fannoche

J'accumulais les images de mixed media, de vidéos et je tombais sur un art brut, frénétique. Il fallait avoir plusieurs projets en même temps pour ne pas lâcher le flux créatif, pour ne pas s'arrêter pendant le séchage. De fils en aiguille, je me suis vraiment passionnée pour cette forme d'art et ces vidéos où l'artiste commence à peindre, à démarrer l'enregistrement sans même avoir d'idées en tête!!!!!!!! J'étais ahurie! J'avais besoin de ça.

Après une période d'accumulation, j'ai alors décider de tester, tester et re tester. Je me suis mise à le recherche de produits introuvables en France. J'étais boulimique de ces techniques et peu à peu je comprenais ce que ces artistes faisaient en plus de la réalisation de belles peintures. Ils intégraient une façon de voir la vie légère, sans accroche.

Mon premier oiseau by Fanny Fannoche

à suivre



samedi 7 novembre 2015

Guérir 2 - Jour#22 du défi

Le temps qui m'a été miraculeusement octroyer par la déesse de la destruction (encore merci à elle) a été l'arrêt de ma thèse. Pour moi, cette thèse, était tout à la fois, une réussite pour aujourd'hui, un tremplin pour le futur, un emploi me permettant de nourrir ma famille, une avancée pour la planète (solution de dépollution des sols.) Je me sentais utile!

J'ai dû passer une semaine à me sentir vraiment mal, au fond du gouffre, en pleures.

Mais la vie ne nous laisse pas tomber après nous avoir secouer ainsi. Une solution a été rapidement trouvée pour que notre famille ne souffre pas trop (bien qu'il ai fallut faire des efforts au quotidien, finit les jolis achats, on apprenait la valeur des aliments.)

Pour faire court j'ai décidé de retirer mes enfants de la crèche et de les avoir avec moi (logique, autant profiter d'eux!) et j'ai dû faire preuve de pas mal de créativité pour que notre quotidien soit merveilleux, instructif, surprenant et parfois, reposant (parfois.)

Parallèlement, je me passionnait par les pédagogies alternatives (2 enfants à la maison n'oublions pas)  et je découvrais les écrits de Montessori et un peu plus tard de Steiner qui établissaient tous des constats tristes : arrivée à l'âge adulte, l'Homme était dénué de créativité, d'autonomie. Je ne voulais pas ça pour mes enfants. J'étudiais un minimum de psychologie, de communication afin de comprendre ce qui se passait en moi en tant que maman. Des émotions nouvelles, fortes, qui m'étaient inconnues! Des doutes, des euphories.

Tout ce temps nouveau était utilisé à l'étude. Ouaip... j'avais le nez littéralement plongé dans les bouquins dès que les enfants s'endormaient!

J'ai appris alors tout ce que l'école a omis de nous apprendre. Les relations avec les autres. Le fonctionnement du cerveau dans les apprentissages. Le nom des émotions que l'on vit. Je me liais d'amitié, pour la première fois, avec ce qui se passait à l'intérieur.

Un ouvrage extraordinaire (qui n'est plus édité en français) tombait entre mes mains : éduquer et s'éduquer soi-même. Je lisais également les livres de Filliozat. Peu à peu je comprenais que mes façons d'agir étaient des réflexes dû à mon éducation à moi. Il existe une voie pour agir de façon consciente et se libérer des réflexes tels que les cris : la méditation.

à suivre

vendredi 6 novembre 2015

Guérir - Jour#21

Oh! Voilà un thème très important pour moi : la guérison. Et je ne pense pas que ce soit une coïncidence que cela tombe sur le jour 21 de mon défi. Personnellement, 21 est en effet un chiffre d'une grande signification!

Guérir, oui. Laissez-moi vous faire comprendre ce que j'entends par ce mot.

Il y a guérir d'une grippe, ou d'un os cassé. Guérir du corps. Et il y a aussi guérir à l'intérieur.


Cela peut-être un très vieux trauma. Je l'entends surtout comme guérir d'anciens modes de croyance (bien que guérir ses pensées permet de guérir le corps...)

Mon processus de guérison a commencé comme beaucoup, par un séisme dans ma vie. Souvent, on peut prendre le chemin tout seul. Parfois, quand on refuse de voir les premiers signes, la vie (la déesse Kali, l'arcane sans nom?) se charge de nous secouer bien fort. Il faut avouer que ce n'est pas agréable... pourtant, notre volonté est souvent endormi dans l'illusoire confort de nos petites vies. Illusoire parce que, ayant atteints les buts que l'on s'étaient fixés en sortant de l'école, on se retrouve ... .... vide.

Quoi? C'est tout? 
J'ai un boulot plutôt sympa et bien payé, 
une maison confortable, 
une grande télé et un système audio qui décoiffe, 
un charmant compagnon, 
des enfants... 
où est le nirvana promis? 

On se raccroche alors au quotidien en se mettant en mode pilote automatique, ou alors on devient des râleurs et des victimes. Et chaque jour le réveil sonne. Et chaque jour c'est pareil, on ressent le néant, béant effrayant dans nos tripes en se disant qu'on a loupé quelque chose mais que demain nous trouverons.

Oui, je continue dans cette voie et les choses vont s'arranger.

Demain, ça tombera du ciel parce que j'ai bien tout fait comme il fallait, je l'ai mérité, ce petit miracle personnel.

Et jamais rien ne vient.

Notre foi en la vie est ébranlée.

Et puis, quand une éclairci arrive dans cet océan de reproches qui existent dans nos petites têtes, alors le miracle se produit. Pourtant, il n'a jamais vraiment l'air d'un miracle : une rupture, un deuil, la perte d'un emploi...

On a envie de se battre contre l'injustice. Dur d'y voir le miracle que l'on attendait. On peut rapprocher ce genre de moments avec l'appel à l'aventure du héros (voir les écrits de Campbell.) Il n'y a plus rien à faire d'autre que de partir en quête. Souvent nous l'avions mis sur le dos de notre manque de temps (dans notre rythme effréné boulot-métro-dodo peut-il y avoir une place pour l'aventure?) La vie se charge pour nous de dégager la voie, de nous dégager le temps nécessaire.

Certains ne vont pas sentir l'appel et préférerons replonger (mais y aura-t'il un autre appel?) D'autres, enfin, oseront!

L'aventure? Ce pourra être d'abord ouvrir les yeux sur notre passé, sur nos pensées pour guérir...


à suivre


jeudi 5 novembre 2015

Se présenter - Jour#20 du défi

Jour 20! Je suis déjà très satisfaite : les 2/3 du défi sont bouclés! Et j'ai fait cela en gardant en tête de parler avec ma nature vraie, des sujets qui me touchaient au jour le jour.

Arrivée ici, je me dit que vraiment, ce qui compte pour avancer est de se présenter : se présenter devant la toile, devant son écran et s'ouvrir pour laisser couler le flux. Maintenant, j'ai compris que j'ai (et par extension vous aussi) ce pouvoir de créer que les jours soient bons ou mauvais.

Je vous ai déjà parler du livre de Julia Cameron :


Je l'ai lu voilà plus d'un an et il m'a fallut tout ce temps pour véritablement ingérer l'essence et les principes proposés par l'auteure. En fait, c'est en relisant mes posts depuis le début du défi que je me suis rendu compte que les mêmes fondements de Cameron réapparaissait. Pourtant ce sont bien d'autres sources d'inspiration qui m'y ont conduite (comme le livre de C. P. Estés ou les contes de fées que je lis en ce moment aux enfants) et c'est vraiment une surprise que de faire ce constat :) Voilà, en résumé les points importants de ce livre :

- Se libérer du brouhaha de nos pensées pour faire place nette : écrire 3 pages tous les matins (en ce moment je ne le fais plus, l'écriture de ce blog rempli la même tâche.)

- Nourrir sa créativité : en se baladant, en allant nourrir les chevaux, en achetant un nouveau matériel à tester, en gardant près de soi des images qui nous inspirent....

- Faire le travail : se présenter, quoi qu'il en soit, à sa page/toile/écran/ même si rien ne nous vient, il est indispensable de se déplacer jusqu'à son studio, même pour ne rien y faire ou juste pour épousseter!

Aujourd'hui, c'est exactement ce que je fais. Je n'avais aucune idée de quoi écrire. Pourtant, j'ai ouvert mon PC, j'ai commencé à écrire "jour 20" et j'ai laissé couler les idées pour arriver à vous recommander cet ouvrage :)

mercredi 4 novembre 2015

Polaroïd mon vieil ami - Jour#19

Avec la prochaine sortie du nouveau lomo instant wide, j'ai décidé de renouer avec mon vieil ami le Polaroïd. Ce n'est pas une relation facile que nous avons, surtout depuis que la société du même nom ne produit plus les fameux film à développement instantané.

Les films actuels sont disponibles grâce à IMPOSSIBLE, qui a fait l'impossible, justement, pour trouver une solution. Les nouveaux films possèdent de nombreux défauts, en particulier d'être chères...

Du coup, ce n'est que de temps en temps que je me permets un tel achat. Et cette fois j'ai voulut tenter le coup avec un film Noir et Blanc :

Polaroid fraternel


Finalement, je crois que je préfère nettement le rendu noir et blanc à la couleur!

mardi 3 novembre 2015

Le pouvoir du doute - J#18 du défi

Ecouter avec compassion chaque personne que l'on rencontre sur notre chemin, sur un écran, sur un blog... puis douter.

Je sais que cela est tout à fait contraire à ce que j'écris concernant le processus de peinture intuitive : croire et se lâcher... alors quel est le but de cet article?

L'esprit absorbant de l'enfant par Maria Montessori
J'ai beaucoup relié ma créativité à mes enfants, car ils vont de paire. Ce sont leurs naissances qui m'ont permis d'ouvrir les yeux : peu à peu, j'ai intégré dans ma vie la grande sagesse de Maria Montessori et notamment le fait qu'un enfant absorbe TOUT dans son environnement.


Vous aussi, enfant, vous avez TOUT absorbé. Vous avez absorbé votre culture, les idées de vos parents, leurs croyances, les croyances de la communauté qui s'est élargit chemin faisant. Vous avez absorbé, c'est à dire, que vous avez cru en ce qu'on vous disait, en ce qu'on vous montrait.

Et peut-être qu'aujourd'hui vous vous demandez, d'où provient la petite voix du juge qui vous critique sans cesse dans votre tête? Cette petite voix a été forgée, depuis votre naissance, par votre environnement. Le résultat est que désormais, vous doutez de vous. Ce qui n'est pas un atout pour vivre une vie saine, joyeuse et pétillante!


La solution est de douter de tout ce que vous rencontrer sur votre chemin. Toujours. En chaque instant.

A y regarder de plus près, le doute est un vrai pouvoir parce qu'il nous reconnecte avec notre intuition, notre mental. Nous naviguons tellement en mode pilote automatique qu'il est bon de se poser des questions.

Y'a quoi dans mon assiette? Pourquoi on met nos enfants à l'école?

Voilà mes grandes questions personnelles en ce moment... mais on peut utiliser l'outils du doute dans toutes les petites choses de la vie. En particulier quand des personnes affirment détenir LA vérité : se rappeler que tout n'est que subjectif et ne pas entrer dans un débat de sourds.

Douter est le premier pas.

Et parce qu'il est important de ne pas rester continuellement dans le même questionnement mais d'entrer en action, d'avancer pour que le doute soit un moteur, tout le reste s'enchaîne :

Alors le doute devient un moteur

J'ai intensément améliorer la façon dont je vivais en doutant, réfléchissant, en choisissant et en entrant en action. Peu à peu, j'ai remarqué que je choisissais de plus en plus ce qui venait de moi. Mon intuition, les idées que je recevais. C'est pour cela que la peinture intuitive est devenu un processus de croyance, car j'ai choisit de croire en moi, de croire en mon inconscient, en mon divin, sans écouter le jugement des autres ou celui de ma petite voix intérieure (qui n'est que le reflet de mon ancien extérieur finalement).

Douter et croire à la fois

Voilà, une jolie formule que je vous invite à adopter dès à présent!



lundi 2 novembre 2015

Garder l'inspiration jour#17 du challenge

Peu à peu, je comprends de mieux en mieux ma façon de fonctionner créativement.

J'ai fait beaucoup de progrès dans les domaines de l'essai et du lâcher prise mais il me restait un peu d'évolution à faire dans la structure (ordonner mes papiers, organiser mon studio). Aujourd'hui je vais creuser l'exemple de l'inspiration car j'ai toujours une tonne d'idées que j'adore sur les réseaux sociaux ou sur mon téléphone... mais je n'en fais rien (enfin, j'ai de beaux fond d'écran mais ça ne fait pas avancer la locomotive!)

La solution est de se créer un mur d'inspiration, directement dans le studio, juste devant son nez. Ainsi, plus besoin de courir voir son portable ce qui nous emmène forcément à abandonner notre mouvement premier et parfois même tout notre élan (je parle d'expérience!)

Il faut donc passer par matérialiser les oeuvres qui nous plaisent (en achetant des articles et en supportant d'autres artistes) ou en imprimant les images d'internet (nous avons une Epson Ecotank pour couvrir nos besoins élever en impression : instruction en famille oblige!)

On découpe!



On colle sur une grande feuille, on décore (mots, sketch) et zou au mur!

Studio Fanny Fannoche SheArtWild

Studio Fanny Fannoche SheArtWild

Depuis, je ne tourne plus jamais en rond...

dimanche 1 novembre 2015

Samhain en ce 16e jour du défi


Je n'ai pas écrit de post ce 31 octobre à cause d'une journée particulièrement chargée et simplement parce que j'avais envie de vivre cette journée particulière A FOND.

Pourquoi?

Parce que nous arrivons à la période où la lumière a perdu du terrain face aux ténèbres. Ainsi les esprit en profitent pour nous rendre visite! Surtout, c'est une période de l'année forte en questions sur soi-même...

En ce jour de pensées à ceux qui nous ont quittés, il peut être intéressant de savoir si nous les connaissions vraiment. Ce n'est jamais tout à fait le cas, mais le plus souvent un trait de caractère émerge en particulier. Si nous pouvions communiquer avec nos ascendants, que leur demanderions-nous? Quelles forces possédaient-ils que nous voudrions voir grandir en nous? Ils ne sont peut-être plus là, mais leur enseignements perdurent. A nous de voir lesquels nous seront utiles pour toute cette période d'ombre (jusqu'à imbolc) et pour nous aider à plonger dans nos parts les plus sombres.

Nous ne pouvons cacher ces parts aux esprits et cela peut nous faire peur, mais c'est aussi une situation idéale pour oser les mettre à jour et les regarder en face. On a tellement l'habitude d'enterrer profondément nos besoins, nos sentiments, nos plaisirs lorsque ceux-ci ne sont pas en adéquation avec notre environnement. Il est temps de redevenir entier. Il est temps de se connaître.

Qu'ai-je cacher durant toutes ces années? Qui suis-je? De quoi ai-je besoin?

Peut-être trouverez la femme sauvage à travers ce repli sur soi actif? Votre vraie nature se révélera sans doute mais toutes les réponses ne viendront pas en 1 jour. Nous pouvons pourtant être certains, qu'en descendant, comme la Terre dans les ténèbres, la lumière reviendra encore plus belle :)


vendredi 30 octobre 2015

Abstrait et jour #15 du challenge

J'aime beaucoup l'abstrait. Pourtant, je trouve que, de l'execution jusqu'au résultat, le voyage est particulièrement difficile (voir émotionnellement pénible).

Je garde un tableau Pinterest rien que pour mes aspirations d'abstraction. Il évolue souvent, car c'est un genre "j'adore, je déteste". Je m'explique. Autant certaines oeuvres me donneront au premier coup d'oeil un immédiat effet Whaou (typique de l'art contemporain), autant à les revoir une 2e puis une 3e tout va s'écrouler et je vais franchement ne plus les supporter (et zou, suppression).

J'adore et 1 mois plus tard, c'est la douche froide.

J'attendais donc l'inspiration ultime, celle qui survivrai à mon tableau pinterest.

Et nous avons eu des vainqueurs!

Nadine Bourgne (une française, hourra!) et Wendy McWilliams, ont créer des toiles de petites et grandes tailles qui me donnait envie de me remettre mes petits formats abstraits. (Il y a bien entendu Flora Bowley aussi mais qui ne rentre pas stricto sensu dans cette catégorie (mais dans quelle catégorie d'ailleurs? L'expressionnisme figuratif? En tout cas, si l'expressionnisme figuratif n'existe pas encore, il serait temps de l'inventer.) )

Il n'y avait plus qu'à me lancer :

Shine - Mixed media - 21X29cm by SheArtWild
Beaucoup, BEAUCOUP de couches pour obtenir ce résultat... je suis passée par des moments de découragements.

J'ai remarqué aussi que j'avais de moins en moins de résistances. Exemple, à droite il y avait un aigle. Je l'ai entièrement recouvert (alors qu'il était réussi en plus) afin que la peinture soit cohérente. J'ai dû attendre 1 semaine (parfois les activités des enfants ne me permettent pas de peindre avant le week-end) avant de le recouvrir. Je savais qu'il fallait que je le fasse, je le voyais en passant devant... Même s'il ne se voit plus, il fait parti de l'histoire de cet abstrait, il y rayonne, pourtant invisible (oh qu'c'est beau!!!!!!!!) D'où le nom "shine" (= rayonne.)


jeudi 29 octobre 2015

Parler des autres - Défi des 30 jours J#14

Se recentrer avant de rayonner
Aujourd'hui comme hier, j'ai un peu de mal à me mettre au clavier.

Aujourd'hui comme hier, je n'ai qu'envie de parler des autres.

Aujourd'hui comme hier, je pourrais donc vous parler de mon mari et de tous ses soutiens (et ils sont nombreux, là notamment, j'ai droit à une jolie construction de mon futur site web.) 

Je pourrais aussi vous parler d'amis qui réalisent une série ultra sympa sur youtube, appelée Freez

Je pourrais vous parler de plein de monde sauf de moi, de mes enfants, de leurs jeux (ils fabriquent de la soupe miso avec du liquide vaisselle...), de leurs construction (un robot, parce comme ils veulent être des jedi à Halloween, il leur faut un R2D2. Le leur s'appelle Idadogougougou (dites-le à voix haute, si si c'est trop marrant)). 

Je pourrais aussi parler des chevaux (adoptés il y a 4 mois) qui m'angoissent parce que s'occuper d'eux est un monde tellement nouveau (en gros j'ai peur  :
- qu'ils aient faim, 
- soif, 
- qu'ils deviennent trop gros, 
- qu'ils se fassent mal, 
- qu'ils ne travaillent pas assez, 
- qu'ils s'ennuient, 
- qu'ils tombent malades, 
- qu'ils ne m'aiment pas, etc...) 

J'en apprend chaque jour sur le monde équestre, c'est vrai et c'est d'ailleurs ça qui m'inquiète : quelles vont être ces erreurs que je fais aujourd'hui et dont je vais me rendre compte demain? Ne seront-elles pas trop graves?

Du coup, je me retourne sur le passé et regarde le chemin parcouru. De fils en aiguille, je m'éloigne de plus en plus loin dans ma machine-pensées à remonter le temps. Des erreurs, il y en a. Choix, direction de vie... Je pense à toute ma philosophie de la pédagogie de l'erreur (que ce soit dans l'acceptation des erreurs de mes enfants sans vouloir les corriger, à la peinture où je m'autorise à faire n'importe quoi.)

Et non, ce ne sont pas mes erreurs que je vois quand je me retourne.

Mes angoisses se délient.

Seule reste la beauté rencontrée sur le parcours. 

Vraiment, les erreurs, le reste... ... ...
... on s'en fout.

mercredi 28 octobre 2015

Commande au père Noël

Ok, I'm in love.
Petite vidéo pour vous faire comprendre de quoi :


Le soucis, forcément, c'est le prix de cet engin de mes rêves... père Noël, si tu m'entends...

Vulnérable - Défi des 30 jours J#13

Jour 13 de ce défi dont le but était de se fixer chaque jour devant l'écran et d'écrire, soit quelques mots, soit de plus grandes réflexions sur ma progression en tant qu'artiste ou femme.

Ma dernière palette
Il fallait donc que cela se produise à un moment ou à un autre. 

Panne sèche. 

Je pourrais vous parler des autres. Oui, cela m'a toujours été facile de parler des autres, des amis et de l'admiration que j'ai pour ce qu'ils font. C'est pour cela que ces 30 jours sont un véritable challenge. 

Parler de ma vie, de mes inspirations, de mon moi intérieur et véritable, 

me montrer telle que je suis,

authentique,

ce n'est pas si facile.

Ici, je me mets en péril. Je me sens particulièrement vulnérable (pour m'aider je n'imagine pas que quelqu'un puisse me lire, j'ai l'impression d'écrire comme dans un journal intime.)

Source

Et aujourd'hui est un jour plus compliqué que d'autres. Aujourd'hui, c'est encore pire que d'habitude...