jeudi 27 mars 2014

Le dessin ou LE paradoxe de l'éducation

Alors que je n'intervient JAMAIS dans leur dessin (j'ai été à bonne école avec la philosophie Stern) je suis agréablement étonnée d'avoir assisté à l'émergence du bonhomme. SANS JAMAIS AVOIR TENTÉ DE MONTRER UNE TECHNIQUE.

La tête

C'était beau. Un moment très lumineux avec ce sourire absolu sur sa petite boune : elle avait réussi SON bonhomme. Celui qui venait de son fort intérieur. Pas celui d'un autre... (d'ailleurs ce n'était pas un bonhomme, c'était son frère.)


Je suis tellement heureuse de ne pas avoir cédé aux "mais elle ne fait encore que gribouiller à son âge (4 ans)?"

Quelques exemples : saura-tu trouver la chaussure de Cendrillon?

J'ai désormais une belle réponse :
Oui. Et alors? 
J'ai confiance en son expérience intérieure... Et de vous à moi, dessiner n'est-il pas un des plus beaux moments de l'enfance? Savez-vous que gribouiller est même encore un acte sacré? 

Pourquoi?!

Parce que le dessin reflète ce qu'il y a à l'intérieur de soi. Pourquoi forcer les enfants à faire de jolis dessins s'ils ne leur appartiennent pas? Cela est tout autant nocif que le jugement direct : on préfère qu'il dessine un bonhomme que tout le monde aime (un personnage généraliste) plutôt que ses "gribouillis", oh combien personnels, et qui ne sont pas prit au sérieux. Comment digéreriez-vous ça à sa place?

Intégralité

Et comment alors faire de nos loulous des êtres créatifs dans la suite de leur existence si nous avons couper à la racine leurs élans?

Je trouve cela d'autant plus bizarre que nous élevons au rang suprême des personnes comme Picasso (SON univers si spécial, si LUI!) Y'a pas comme un gros paradoxe?

Ps : je ne souhaite pas faire de mes loulous des artistes. Ils choisirons leur voie... ainsi je n'explose pas de joie en voyant leur dessin et en les félicitant 1000 fois. Je souris, point. Je peux aussi dire que j'aime ce trait et cette couleur et c'est assez. Pas d'interprétation.  Pas de jugement. Tout comme la critique négative, la critique positive est un frein. Et ouai... 

Au cas où tu voudrais en savoir plus...

jeudi 13 mars 2014

Nouveau cap

Chose promise... bref, tu connais la suite!

Donc voici ce que je peins en ce moment, selon la technique de Juliette Crane dont je te parlais dans un de mes derniers billets. Roulement de tambours : TADA!

3 femmes. Mixed media by Fanny Fannoche.

Comment te dire... j'aime j'aime j'aime :) et je prends un plaisir de dingue à peindre (ouiiiii encore plus qu'avant!) C'est cette profondeur dans le fond que je cherchais. Youpiiiii!

jeudi 6 mars 2014

Tuto : une page journal réussit et sans prises de tête!

Aujourd'hui j'ai envie de faire quelque chose... avec toi! Prêt? Je te promets une page de journal tout à fait personnelle et dont tu sera fièr(e). Le tout sans s'énerver, sans avoir peur de tout gâcher (on part d'une page blanche, après tout, qu'est-ce qui pourrait être pire?) en lâchant prise.

Impossible?

Tente la chose!

Désolé pour la qualité des images : photos d'intérieur et de nuit. Je suis plutôt créative le soir!!!

On commence par prendre une page de journal. Quoi?! Pas d'art journal chez toi? Alors là je dis t'en mieux! Tu vas pouvoir prendre un morceau de carton, un bout de nappe en papier ou que sais-je encore... une toile? Non, non, non! Prend de la récup', un truc dont tu te fiche ABSOLUMENT!



Maintenant, on va coller des morceaux de pages de livre, de dictionnaire, de journaux... de pages de musique. Des petits bouts, des grands bouts. Le but est d'avoir quelque chose de dynamique. Les pages déchirées marchent le mieux! Elles doivent se recouvrir, s'emmêler... Evite la couleur au maximum (ici mes traces vertes sont des restes de peintures sur un pochoir utilisé précédemment : ainsi je ne perd jamais une seule goutte de peinture!!)



On laisse bien séché!
C'était amusant nan? Qu'importe la disposition de tes morceaux, joue, amuse toi! Ce n'est que le fond, rien de grave! Pourvu que tu places tes bouts de papiers là où tu veux, là où tu en as envie.

C'est bien sec? Alors on continue... choisit TES couleurs. Plutôt pastel et discrets ou plutôt punchy et fluo? A toi de voir selon ton envie du moment. Ne regarde pas ta page, regarde tes tubes de peinture et tournes toi vers celles que tu préfère, là, maintenant... celles qui te parlent... celles qui te rappellent l'été à la plage. Et puis prend du blanc. Le blanc est toujours bon à prendre :)
Toujours sans trop réfléchir, ajoute des lignes de peintures : des droites, des courbes, des petites ou des grandes, laisse toi surprendre par tes envies. Vie cet instant précis comme un moment sympa où tu dépose de la peinture. C'est tout. Qu'importe le résultat, on est toujours sur le travail du fond... c'est les coulisses de ta page, au final, on ne verra pas tout... alors laisse toi aller.
Arrête toi quand ta page contient encore des zones sans peinture! C'est important! Si tu n'as pas encore fini de vouloir peindre, c'est super : prend une autre feuille et laisse sortir tes envies du moment. Quand tu en as assez, laisse sécher ta feuille... ou tes 12 feuilles!
Des couleurs assez froides... mais du vert tendre qui sent le printemps. 
Et maintenant c'est l'étape des motifs et des dessins d'enfant. Non je ne plaisante pas. On redevient un petit de moins de 6 ans et on empoigne nos pastels (l'acrylique n'adhère pas aux pastels à l'huile penses-y) nos crayons de couleurs aquarellables, nos marqueurs :



Ensuite nous reprenons nos couleurs pour ajouter d'autres lignes, dans les tons de ce que nous avons déjà utilisé...


Une petite unification s'impose... j'en profite pour gratter la nouvelle couche! J'ajoute encore du collage.


Maintenant imprime une image en Noir et blanc qui ne sois pas trop surchargé... transfert la à l'aide d'un medium ou de scotch.


Place à la finalisation : un peu de peinture, de texte et d'ornement...


Et voici une page pleine de textures, très profonde, très colorée, au processus amusant. À retenter dès que possible!

samedi 1 mars 2014

mars : mois du renouveau.

Ah mars.
Mars est mon mois ami puisque j'y suis née (et cette année je passe la barre des trente aïe.) C'est donc un mois de confiance...

Et puisque je vais me sentir chez moi pendant plus de 30 jours, j'ai décidé d'avancer en peinture. J'adore les personnages que je peins mais... il me manquait quelque chose!

J'ai trouvé dans les oeuvres de Juliette Crane ce qu'il me manquait.

Juliette Crane 2013


Une nouvelle inspiration.

Un nouveau souffle.

Mars : mois du travail sur le fond de mes peintures. Je te montre ça très vite :)